18 janvier 2006

Le fil à broder nos rêves

J'ai reçu lundi l'ouvrage dont je parlais dans un précédent billet à savoir Marie Monnier ou le fil à broder nos rêves.

L'ayant reçu, je rêve désormais d'aller faire un tour à Beauvais du côté du musée départemental de l'Oise car les oeuvres de Marie Monnier méritent assurement le voyage: les reproductions imprimées des oeuvres en question sont déjà belles alors en vrai et pour peu qu'on puisse les admirer de près...

Il s'agit de peintures à l'aiguille mais j'en ai rarement vu d'aussi belles et d'aussi indiscutablement artistiques.
Marie Monnier a puisé son inspiration dans la poésie symbolique : soeur d'une célèbre libraire et éditrice de l'entre deux guerres, elle connaissait la plupart des auteurs du genre.
Le résultat : des oeuvres très oniriques, chatoyantes de couleurs aux nuances subtiles faites de fils d'or et fils de soie, fascinantes de complexité, avec des réminiscences pré-raphaelites, l'influence de la psychanalyse et des surréalistes.
Pour vous donner une idée, j'en ai retenu trois, très représentatives de son art et de sa manière, et que j'aime beaucoup :
Le bateau ivre
point lancé, point passé, point empiétant, point d'écaille, point de noeud, points verticaux, horizontaux, obliques et arrondis


Le rêve


Un génie
point couché, passé empiétant, point fendu, point d'écaille, point lancé, point de croix


NB: les scans malgré mes efforts ne rendent absolument pas la somptuosité des couleurs.

Cela rend infiniment humble sur les résultats obtenus avec nos petits points et sur ce qu'on appelle création dans le monde du point de croix.

Une remarque intéressante dans la préface de Jean Tardieu : si l'on retourne les chassis, on apercoit un embrouillamini extraordinaire de fils, en apparence jetés au hasard, qui font rêver à une prairie en friche lorsqu'au printemps, toutes les herbes de la Saint Jean, les bonnes et les mauvaises, mêlent à foison un nombre incroyable d'espèces vivantes, celle des végétaux et celle des insectes. Si l'on y réfléchit, c'est bien là l'envers du monde. Le dessous caché de toutes choses, surtout des choses animées. C'est la vie qui pullule et agit sur la vie, pour s'en nourrir et pour renaître sans fin...

Ce fouillis de fils à l'envers ca me rappelle quelque chose : les envers d'une autre Marie :
Marie-Thérèse Saint Aubin, une artiste de l'aiguille elle aussi, dont le style minimaliste est pourtant à l'opposé de celui de Marie Monnier...

Moi dont les envers sont brouillons au possible, et bien que je ne prétende pas le moins du monde rivaliser avec ces deux artistes en broderie, je vous avoue que je ne suis pas mécontente de faire remarquer aux persistants ayatolahs de l'envers parfait que la magie des doigts de fée des brodeuses c'est à l'endroit qu'il est essentiel qu'elle opère ;-)


Marie

Sélection du message

Marie des fées (c) Atelier des fées brodeuses 2017 Photos prises ce matin... De plus en plus de ...